Maison Ardeûnése

LA MAISON ARDENNAISE au XIXème siècle

maison01A Bosséval, la maison est en pierre de Romery ou de Montimont.
On trouve encore, dans ces deux hameaux, traces des carrières qui ont servi à construire bien des édifices. La pierre de Dom-le-Mesnil, plus fine et « plus noble » était réservée aux maisons plus bourgeoises et aux pièces finement taillées (corniches, linteaux, …) !

maison02Il semble que, jusqu’au milieu du 19ème siècle, les plus pauvres vivaient dans des « chalets de bois de chêne  peu clairs, peu aérés » (portes et fenêtres étroites dues à une taxation sur les portes et fenêtres). Peu à peu, la pierre remplace le bois. Le sol dallé se substitue à la terre battue. La pièce unique est remplacée par plusieurs pièces dont chacune a une « destination particulière ».

Les murs et cloisons, à l’intérieur des maisons, sont en torchis, qui est un bon isolant. Ainsi, les maisons gardent mieux leur chaleur l’hiver et leur fraîcheur l’été.
Des fours à pain s’adjoignent même à certaines d’entre elles. Hélas, le « modernisme » du 20ème siècle a fait disparaître ces vestiges d’une vie différente.

maison04De même, on ne trouve plus « les vieux dressoirs garnis d’assiettes et de plats d’étain, de ces belles assiettes en faïence à fleurs rouges, bleues, vertes, etc, tombées entre les mains des collectionneurs. » Tiens ! Déjà ?

Monsieur le Curé Villemet, qui a vécu 57 ans à Bosséval (1869-1926), a « conservé avec soin les vases, plats, assiettes qu’il a recueillis à Bosséval même. » Il semble que cette collection, exposée sur un dressoir de chêne, avait une valeur incontestable.

VISITE

La visite que nous vous proposons est basée sur celle de la « Maison de Pays » du village d’Evigny (sud de Charleville-Mézières). Elle rassemble des équipements que l’on a dû trouver aussi dans les maisons de Bosséval. Nous y avons ajouté des pièces photographiées au cours de nos périgrinations dans des brocantes, et surtout au « Village des Vieux Métiers » d’Azannes, dans la Meuse.

CUISINE OU PIECE PRINCIPALE
maison05C’est la pièce à vivre, « la salle ». C’est souvent la seule pièce chauffée de la maison.

La cheminée trône au centre de l’un des murs. Elle est large, haute et son manteau s’orne de pots, garnitures diverses. Un feston brodé cache souvent le bord de l’étagère qui s’appuie sur la poutre du manteau. Plus tard, une cuisinière viendra prendre sa place. Sur la cuisinière ardennaise, on trouve toujours le « coquemard » (la bouilloire) au chaud pour pouvoir « passèye el’cafèye » dès que quelqu’un arrivait « à la mèjon ».

maison06maison07Au centre de la pièce, une large table accueille toute la famille sur de grands bancs de bois.
Un bahut, avec quelquefois un vaisselier, reçoit la vaisselle du ménage.

L’évier et la « beuquette »
maison08Sur un mur de façade, souvent tout près d’une fenêtre ou de la porte d’entrée, on trouve la « pierre d’évier » (« le l’évier, un l’évier ») en pierre bleue de Givet. Au-dessus du « l’évier », une petite lucarne : la « beuquette » (du verbe « beuquer » =regarder).

maison09Lit de coin
Quelquefois, on trouve dans cette salle le lit de l’aïeul(e) ou des aïeux dont on s’occupe parce qu’ils sont bien vieux. Ils ne peuvent plus se subvenir à eux-mêmes mais rendent parfois de petits services.

Voici quelques ustensiles présents  dans la cuisine de la maison ardennaise du 19ème siècle.

            maison10               maison11             maison12

                Chaufferette                                               Rouet                                  Moulin à « cafè »

          maison13       maison15                maison14

            Cafetière                                       Vaisselle en grès                                   Baratte à beurre

                                   maison20                             maison27

                  Couronne de mariée sous globe de verre                             Lanterne

CHAMBRE
maison18Voici une chambre de la fin du 19ème siècle (Maison de Pays d’Evigny)
Le « grand lit » mesure 120 cm de large sur 180 de long ! Nos ancêtres étaient, généralement plus petits que nous. Sur un sommier de planches, on posait une « paillasse », au mieux recouverte d’une couette de plumes pour en rendre le contact un peu moins dur. Les draps sont très souvent en lin. Sur le drap, on pose des couvertures de drap, des édredons de laine (faits maison !) et des édredons de plumes. Au-dessus du lit, on trouve toujours un crucifix ou un grand chapelet à grains de bois tourné.

Bassinoire
maison16Pour chauffer le lit, avant de se coucher, en hiver, on le « bassine ». On passe, entre les draps, une bassinoire dans laquelle on a mis des braises tirées de la cheminée. Il faut bien le chauffer, jusqu’au fond : la chambre n’est pas chauffée et, l’hiver, le givre couvre les carreaux à la fenêtre !

maison19Table de nuit
Près du lit, trône la table de nuit. Dessus, on pose la « chandelle » sur son bougeoir. En bas du meuble, on trouve le « jules », le pot de chambre car il n’y a pas de cabinets dans la maison. Dans le tiroir, on range le missel, quelques menus objets (chapelet, images, …).

Berceau
maison17Au pied du lit, dans les jeunes familles, on installe le berceau qui accueille le dernier né. Les autres couchent dans une autre chambre, toujours à plusieurs dans le même lit : les grands tiennent chaud aux petits !

maison23Lingère
La lingère contient le linge de maison, surtout les draps et les chemises, mais aussi les nappes, serviettes, torchons brodés au chiffre de la famille.

maison22Dans la chambre, on trouve aussi le « cabinet de toilette ». Sur cette table couverte de marbre, on dispose une cuvette et un broc d’eau, ainsi que tout le matériel nécessaire à la toilette.

maison21                 maison24

Le « lavabo »                                Des grès pour des ustensiles de toilette

maison25

Le nécessaire pour le rasage (bol et blaireau, rasoir « coupe-chou » et cuir à aiguiser)

APPENTIS
L’appentis est une annexe de la cuisine. On y range tout ce qui n’est utilisé que périodiquement, ce qui peut être utilisé hors de la cuisine, c’est un peu un atelier dans lequel les femmes rangent le matériel lourd qui n’a pas de lien direct avec la cuisine.

maison30          maison35          maison29

           Portage de l’eau                          Baratte à beurre                    Hotte à linge

maison31           maison33          maison28

    Bouilleuse                                      Cendre de bois            Brouette et bac à genoux

Teindre les fils (laine, lin, …)

                     maison32             maison34

                        Pots de teinture                                       Echeveaux traités

ATELIER
L’atelier est le domaine des hommes. On y fabrique des sabots ou on y rabote des planches ou des pièces de bois, on y prépare les tiges de ronces qui serviront à tresser les paniers de paille pendant les veillées, on y range les scies, haches et autres outils pour le bois.

Saboterie

maison36             maison38

maison42        maison40

Menuiserie et charpente

maison36            maison41

maison44            maison37

Paniers en paille

maison43

FOUR A PAIN
maison45Jusqu’à la Révolution Française (1789) et l’Abolition des Privilèges, les moulins et les fours sont la propriété des Nobles qui font payer des taxes à ceux à qui ils en confient l’utilisation. Pour moudre et cuire, il faut passer par ces moulins et fours dit « banaux » (de la banalité de …). Nul ne peut moudre ou cuire sans passer par eux !

Four à pain d’Evigny

Après la Révolution, les ruraux construisent des fours à côté de leurs maisons. On boulange donc à domicile. Le modernisme va faire cesser cette pratique et voir se développer la profession d’artisan boulanger en campagne. Dans « tro bin » (beaucoup trop) de maisons, on a laissé ces fours tomber en ruine ou on les a démolis. Pourtant, certains ont subsisté et sont réparés, remis en usage et le centre de fêtes pour rendre au citadin l’odeur et le goût du « bon pain cuit à l’ancienne ».

    maison47         maison46

Publicités